Download E-books Barry Lyndon PDF

By William Makepeace Thackeray

Quittant l’Irlande à los angeles suite d’un duel qui tourne mal, Redmond Barry s’enrôle dans l’armée anglaise alors en guerre contre l. a. Prusse. Après avoir été fait prisonnier par l’ennemi, il sera contraint d’espionner un yes chevalier de Balibari pour le compte des Allemands. Coup de théâtre : celui-ci n’est autre que son oncle ! Tous deux prennent alors los angeles fuite et deviennent, avec succès et moyennant quelques tricheries, joueurs de cartes professionnels.

Ambitieux, Redmond parvient à se marier avec los angeles comtesse Lyndon, une riche veuve. Mais leur relation se révèle houleuse. En plus de dépenser sa fortune, Barry se comporte en mari tyrannique. Jeune arriviste débauché, libertin, il est l’archétype de l’opportuniste à l. a. recherche de l. a. gloire et de l’argent…

Dans un type grinçant, le narrateur des pretend Mémoires de Barry Lyndon décrit avec ironie les travers de l. a. haute société cosmopolite d’un XVIIIe siècle décadent.

En 1975, Stanley Kubrick healthy de cette oeuvre, qu’il tira d’un relatif oubli, une magistrale edition cinématographique.

Show description

By William Makepeace Thackeray

Quittant l’Irlande à los angeles suite d’un duel qui tourne mal, Redmond Barry s’enrôle dans l’armée anglaise alors en guerre contre l. a. Prusse. Après avoir été fait prisonnier par l’ennemi, il sera contraint d’espionner un yes chevalier de Balibari pour le compte des Allemands. Coup de théâtre : celui-ci n’est autre que son oncle ! Tous deux prennent alors los angeles fuite et deviennent, avec succès et moyennant quelques tricheries, joueurs de cartes professionnels.

Ambitieux, Redmond parvient à se marier avec los angeles comtesse Lyndon, une riche veuve. Mais leur relation se révèle houleuse. En plus de dépenser sa fortune, Barry se comporte en mari tyrannique. Jeune arriviste débauché, libertin, il est l’archétype de l’opportuniste à l. a. recherche de l. a. gloire et de l’argent…

Dans un type grinçant, le narrateur des pretend Mémoires de Barry Lyndon décrit avec ironie les travers de l. a. haute société cosmopolite d’un XVIIIe siècle décadent.

En 1975, Stanley Kubrick healthy de cette oeuvre, qu’il tira d’un relatif oubli, une magistrale edition cinématographique.

Show description

Read Online or Download Barry Lyndon PDF

Best British Literature books

The Sacred and Profane Love Machine (Penguin Books)

Swinging among his spouse and his mistress within the sacred and profane love laptop and among the charms of morality and the excitements of sin, the psychotherapist, Blaise Gavender, occasionally needs he may well divide himself in . as a substitute, he we could free distress and confusion and—for the spectators at any rate—a morality play, wealthy in reflections upon the paradoxes of human existence and the character of the conflict among sacred and profane love.

A Word Child

After years of obscurity in a Bayswater flat, Oxford graduate Hilary Burde ha the chance to make amends for a grievous offense which he devoted twenty ye past.

The Monk (Penguin Classics)

‘Few may possibly maintain the look of his eye, straight away fiery and penetrating’Savaged by way of critics for its intended profanity and obscenity, and acquired in huge numbers through readers wanting to see even if it lived as much as its lurid popularity, The Monk turned a succès de scandale while it used to be released in 1796 – now not least simply because its writer used to be a member of parliament and in simple terms 20 years previous.

The Pickwick Papers (Penguin Classics)

'One of my life's maximum tragedies is to have already learn Pickwick Papers - i will not return and browse it for the 1st time' Fernando PessoaFew first novels have created as a lot renowned pleasure because the Pickwick Papers - a comic book masterpiece that catapulted its twenty-four-year-old writer to fast popularity.

Extra resources for Barry Lyndon

Show sample text content

D'un garçon de votre énergie, j'attends un plus vrai braveness. – Je n'ai peur d'aucun homme vivant, m'écriai-je (car cette dernière partie de l'argument du capitaine m'avait un peu ébranlé, et je voulais, comme de raison, l. a. tourner, comme on fait d'un ennemi qui est trop fort) ; et c'est moi qui suis los angeles partie lésée, capitaine Fagan. Personne, depuis que le monde existe, n'a jamais été traité ainsi. Regardez, regardez ce ruban ; je le porte depuis six mois sur mon cœur. Je l'ai european là tout le temps de ma fièvre. Est-ce que ce n'est pas Nora qui l'a tiré de son sein et me l'a donné ? Ne m'a-t-elle pas donné un baiser en me le donnant, et ne m'a-t-elle pas appelé son bien-aimé Redmond ? – Elle s'exerçait, répliqua M. Fagan avec un rire sardonique. Je connais les femmes, monsieur. Donnez-leur le temps, et que personne autre ne vienne à l. a. maison, elles deviendront amoureuses du ramoneur. Il y avait une demoiselle à Fermoy… – Une demoiselle au fin fond des enfers ! m'écriai-je. Écoutez bien, advienne que pourra, je jure que je me battrai avec l'homme qui prétendra à l. a. major de Nora Brady. Je le suivrai, fût-ce dans l'église, et il charisma affaire à moi. J'aurai son sang ou il air of mystery le mien ; et on en trouvera ce ruban teint. Oui ! et si je le tue, je le lui attacherai sur los angeles poitrine ; et alors, elle pourra aller reprendre son gage d'amour. » Je dis cela, parce que j'étais très échauffé dans le second, et parce que ce n'était pas pour rien que j'avais lu des romans et des drames romanesques. � Eh bien, dit Fagan après une pause, si cela doit être, que cela soit. Pour un jeune garçon, vous êtes bien sanguinaire. Quin est un gaillard déterminé, lui aussi. – Voulez-vous lui porter mon message ? dis-je vivement. – Chut ! dit Fagan ; votre mère est peut-être aux aguets. Nous voici tout près de Barryville. – Faites attention ! pas un mot à ma mère », dis-je, et j'entrai à l. a. maison, gonflé d'orgueil et triomphant de l'idée que j'allais pouvoir en venir aux mains avec l'Anglais que je haïssais tant. Tim, mon domestique, avait été envoyé à citadel Brady par ma mère, au sortir de l'église, vehicle los angeles bonne dame était assez alarmée de mon absence et soupirait après mon retour. Mais il m'avait vu aller dîner, sur l'invitation de los angeles sentimentale femme de chambre, et lorsqu'il eut pris sa half des bonnes choses qui se trouvaient dans los angeles food, qui était toujours mieux fournie que los angeles nôtre, il était revenu annoncer à sa maîtresse où j'étais, et lui raconter, sans aucun doute, à sa façon, tous les événements qui étaient arrivés au château. En dépit donc de mes précautions pour assurer le mystery, je soupçonnai à demi que ma mère savait tout, d'après l. a. manière dont elle m'embrassa à mon arrivée et reçut notre hôte, le capitaine Fagan. los angeles pauvre âme avait l'air un peu inquiet, et de temps en temps elle regardait le capitaine dans les yeux ; mais elle ne dit pas un mot de l. a. querelle, automobile elle avait un noble cœur, et elle aurait autant targeté voir un des siens pendu que s'esquivant du champ d'honneur. Que sont devenus aujourd'hui ces généreux sentiments ?

Rated 4.70 of 5 – based on 13 votes